Skip to main content

The Atlantic : Une Partie de la Solution

La Collective des Amandes s'est récemment associée au magazine The Atlantic Pour mettre en avant l’engagement de la communauté des amandes de Californie en faveur d’une agriculture responsable. Vous trouverez ci-dessous un aperçu de cet article.

17/2/2021

Au printemps 2013, Christine Gemperle a ouvert un courrier et a commencé à paniquer.

A l’époque, la Californie était à deux ans de ce qui allait être la pire sécheresse de l’histoire de l’état, et Christine, cultivatrice d’amandes depuis 1997, avait déjà constaté une réduction constante de sa réserve d'eau provenant du réservoir du lac Shasta. Et maintenant, comme l’explique la lettre de la compagnie des eaux locale qu’elle tenait entre ses mains, elle ne recevrait que 20 % de l'eau dont elle a généralement besoin pour entretenir le verger d’environ 38 hectares qu'elle possède avec son frère à Gustine, une petite ville située à l'est de San José.

 « Quand vous recevez cette nouvelle, c’est un véritable coup de massue, »  dit-elle.  « Vous vous asseyez là et vous respirez, et vous vous dites : « D'accord. Qu'est-ce qu'on va faire ? » ».

La Vallée Centrale de Californie est l’un des rares endroits au monde à bénéficier du climat méditerranéen nécessaire à la culture des amandes. C’est pourquoi l’Etat produit plus de 80 % de de la production mondiale. Christine Gemperle a grandi dans le verger d'amandiers de sa famille à Turlock, non loin de là, et si les conditions y étaient souvent idéales pour l'agriculture. Elle avait depuis longtemps compris que la sécheresse faisait partie de la vie en Californie, Tout comme les 7 600 autres producteurs d’amandes de Californie, elle n’avait, cependant, jamais rien vécu de tel. Parce que celle-ci, comme l’explique les scientifiques, n’était pas une sécheresse ordinaire. Le changement climatique a fait monter les températures, augmenter l'évaporation des réservoirs, des rivières et des sols, et réduit le manteau neigeux de l'État à un niveau historiquement bas. Bien que le changement climatique n'ait pas déclenché la sécheresse, il l'aggravait considérablement.

Encore plus effrayante pour les agriculteurs californiens, la sécheresse était un signe indéniable des choses à venir. En effet, alors que la planète continue de se réchauffer, les cycles de sécheresse et d'inondations extrêmes - un schéma connu sous le nom de "phénomènes climatiques extrêmes" - devraient devenir beaucoup plus fréquents dans l’Etat, ce qui pose de plus grands défis à une industrie qui s'efforce de répondre à la demande mondiale croissante d'aliments d'origine végétale. "La sécheresse a vraiment été un coup de semonce", explique Katherine Jarvis-Shean, conseillère en systèmes de vergers à l'université de Californie.

Vous pouvez lire la suite ici.

Topics: Growing Good